Autogire : Définition & Historique
 
 1 - Définitions

L'Autogire est un aéronef (un aérodyne), c'est à dire un moyen de transport capable d'évoluer au sein de l'atmosphère terrestre, à voilure tournante, c'est à dire que la voilure, appelée "rotor" est l'élément sustentateur d'un aérodyne.

 

2 - Historique

C'est l'Espagnol Juan de la Cierva qui a inventé et mis au point le premier autogire à voilure tournante "l'avion qui ne décroche pas"; il effectua son premier vol en 1923. Les années 1920 ont représenté une période de passage de l'état de prototype à celui de machines plus fiables proposées à la vente avec la création successive :
→ de la Cierva Autogiro Company en Grande Bretagne en 1925,
→ de la Pitcairn Cierva Company aux Etats Unis en 1929.
Chemin faisant durant les années 1930 environ 500 autogires furent produits dont 180 modèles de type Cierva C30.

NB : Pendant la même période l'hélicoptère en est encore au stade de prototype; le premier hélicoptère à être produit en série le fut en Allemagne en 1942...

Dans les années 1950 une deuxième génération d'autogires ultralégers produits en kit pour 5 000$ dans un but récréatif vit le jour avec Igor Banson. Benson Aircraft Corporation déposa le terme de "Gyrocopter" pour désigner les autogires de sa conception.
D'autres concepteurs ont apporté leur contribution pour enrichir le domaine de l'autogire de loisir tel que Ken Wallis; en France la construction d'autogires prend essor dans les années 1980/1990 sans être rattaché au mouvement de Ultra Léger Motorisé (ULM).
Le développement d'autogires en série se développa avec notamment Ela Aviacion et Vittorio Magni  (Ela Aviacion) (MagniGyro)

  

3 - Intégration de l'Autogire dans la Règlementation ULM


En 1998 l'intégration de l'autogire dans la règlementation ULM a favorisée la sécurisation et le développement "grand public" de cette discipline grâce à : 
→ la définition et la mise en place d'un cursus de formation de pilote d'autogire,
→ la possibilité de dispenser une formation pratique en vol avec des appareils biplaces à double-commande par des instructeurs qualifiés,
→ un début de standardisation réglementaire permettant une commercialisation de machines en série.

4 - Règlementation
 
L'utilisation d'un autogire est réglementées :

• d'une part l'autogire doit correspondre à des conditions techniques spécifiques

• d'autre part l'utilisateur doit être titulaire d'un brevet de pilote ULM décomposé sous 2 aspects :
→ un tronc commun sous la forme d'un certificat théorique validée par l'aviation civile dans un centre de la DGAC et
→ une pratique validée dans un centre de formation dédié en ayant satisfait auprès d'un instructeur de la classe correspondante (ici la classe 4) :
     ♦ une preuve au sol (contrôle des connaissances théoriques de la classe d'ULM pratiquée
     ♦ une épreuve en vol (vérification des procédures et de l'aptitude à piloter un ULM en toute sécurité

• évolution de la règlementation : la règlementation Européenne.

  
5 - Le marché de l'autogire

Aujourd'hui le marché de l'autogire compte plus d'une vingtaine de constructeurs d'autogires de série occupé par quatre constrcteurs principaux :
→ l'Allemand Autogyro,
→ l'Espagnol Ela-aviacion,
→ L'Italien MagniGyro,
→ le Français DTA.


Le marché est en progression constante voir chiffres publiés par la FFPLUM.
La Fédération Française d'ULM est placée sous tutelle ministérielle des sports dont, entre autre l'article premier énonce :
→ " La promotion et le développement du vol Ultra Léger Motorisé et de ses particularités",
→ " Le développement et l'organisation de la pratique des activités physiques, sportives et de loisir, l'organisation des compétitions,
→ " La diffusion de l'information, la mise en place de méthodes d'apprentissages, la formation des pratiquants,
→ "Le regroupement des intérêts des utilisateurs.